Pabert – Journal d’un officier-brasseur dans la France occupée de la Grande Guerre

22,00

Plus que 2 en stock

UGS : 9791069953376 Catégories : , , ,

Description

Un siècle après l’invasion allemande de huit départements du nord et du village d’Etreux, un témoignage raconte jour après jour le huis-clos brutal de l’occupation d’un village de l’Aisne durant la Grande Guerre. Albert Denisse, brasseur à Etreux et ancien officier, séparé de sa famille qui a fui, se souvient de la première invasion de 1870 et décrit sans concession sa Grande Guerre et les batailles quotidiennes que livre la population pour survivre.
Son témoignage n’épargne personne, pas même son auteur. Cette société, soumise à une épreuve inédite et longue, résiste, plie, s’accommode ou s’associe à l’occupant. Dénonciation, acte de défiance, espérance, arrestation, viol, bombardement, ressentiment, fraternité improbable, mort, déportation, prise d’otage, amour coupable, enfant maudit, peur, privation, condamnation à la prison, au fouet, à la famine ou la mort, bonheur inattendu, abatage du bétail, folie… Pabert est témoin et acteur de ce terrible huit-clos de l’Histoire.
Il livre un témoignage de première main sur la guerre fratricide que se livrent les brasseurs du Nord pour continuer à exercer leur activité sous l’occupation ou sur l’héroïsme des familles qui cachent des soldats et jette un éclairage cru sur les condamnés du Grand et Petit Verly, de Prisches, de Macquigny… ou des fusillés d’Iron… Lui-même otage, puis évacué, prend soin de noter certains faits dans un code sténographique qui laisse à penser à certains historiens que Pabert aurait pu être un espion au service de la France… Ce récit inédit et brut n’a jamais été retouché.
Il méconnaît la guerre des Poilus et reste éloigné du roman patriotique. Un père de famille pris dans la tourmente décrit le quotidien incertain de la Grande Guerre vécu par les civils et l’occupant. A Etreux, les hommes valides sont partis ou se cachent. C’est une société déconstruite tenue par les femmes dont la force et l’action marquent le récit. Les soldats allemands vivent avec la population, l’oppriment, la châtient, partagent ses souffrances et la protègent parfois.
C’est un autre regard sur 14-18. Albert Denisse a écrit au jour le jour, sans filtre ni effet de style, pour que ses enfants sachent ce que plus de deux millions d’Occupés ont vécu quatre années durant. Son témoignage unique se lit comme un roman.

Informations complémentaires

Poids 0.9 kg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un + seize =